Skip to content

Disco & Bio graphie

Outre-Mers 

Enregistré sur l’orgue historique de Cuenca

Revue de presse Ensemble l’Echelle & Caroline Marçot

classique newsA Cuenca, l’Echelle apporte sa manière et son style interprétatif, surtout un regard large et généreux, inventif et parfois refondateur sur les répertoires qu’on croyait connaître (Lassus dont ils ont enregistré duo et trios, vocaux et instrumentaux inédits, entre autres); une façon de vivre la musique qui bouscule le déroulement même d’un concert, n’hésitant pas à rompre le convenu et le monolithique, créant désormais de vrais passerelles entre les disciplines artistiques liées au spectacle vivant (musique, chant, acrobatie…); … lire la suite

Classica News, 2012

« Frédéric Bétous a choisi de confronter Gesualdo à Caroline Marçot.
Ma est un cycle de 7 motets, avec accompagnement de harpe à triple rang de cordes (jouée par Nanja Breedijk). Ces délicats aphorismes associent mysticisme chrétien et spiritualité japonaise dans un langage chromatique savoureux, où de subtiles évocations gesualdiennes transparaissent parmi de lumineuses harmonies. Confrontation inspirée, réalisation splendide. »

Diapason, Oct 2015, Denis Morrier à propos du CD « Sacrae cantiones« 

« La première [pièce] de la soirée, Etic, confirme l’aptitude de Caroline Marçot à faire entendre une voix personnelle dans la multitude des propositions actuelles. Intériorisée, fluide et multicolore, son expression convient bien aux Cris de Paris, le jeune chœur qui associe savoureusement recherche et divertissement sous la direction de Geoffroy Jourdain. »

Le Monde, Mars 2007, Pierre Gervasoni à propos du cycle de commande Cris de la Ville sur les mutations urbaines et les nouvelles formes de communication orale

« On écoute avec beaucoup d’intérêt l’Agnus de Caroline Marçot. La progression d’intervalles de plus en plus grands (…) retrouve ici son essence poétique en ce qu’on découvre les mots en même temps que les notes, et celles-ci montant progressivement, c’est Dieu (dei) qui est finalement déniché dans ses hauteurs alors qu’on démarre ici-bas, pour ainsi dire dans les pâturages de l’agneau. »  

Le Monde de la musique, Oct 2005, Jacques Amblard, critique 4* du CD l’Amante

Biographie

Caroline Marçot

Pianiste de formation, elle s’enrichit d’une solide expérience de la musique vocale acquise au sein de la Maîtrise de Radio France puis au Jeune Choeur de Paris et aux Cris de Paris. Elle continue d’ailleurs à se produire en tant que soliste avec plusieurs formations dont le trio Viva Lux, qu’elle fonde en 1999, l’Ensemble l’Echelle dont elle prend la direction en 2016, et l’ensemble Mora Vocis, ayant pour vocation d’explorer et diffuser les répertoires historiques chambristes du moyen âge, de la renaissance, et la création contemporaine. Elle est également amenée à chanter régulièrement le répertoire baroque au sein de phalanges comme le Concert Spirituel ou le Concert d’Astrée, et la musique vocale récente avec Les Éléments ou le choeur Aedes.

Parallèlement elle obtient au CNSMDP successivement les prix d’analyse, de contrepoint renaissance, d’harmonie, d’écriture XXème siècle, d’orchestration, d’esthétique et d’acoustique musicale.

Passionnée par le phénomène sonore dans ses trois dimensions : élaboration, interprétation et perception, c’est tout naturellement que Caroline Marçot se tourne en 2000 vers la composition. Lauréate 2003 de la Fondation Natexis, et prix symphonique Georges Enesco de la Sacem, son catalogue disponible aux éditions Jobert-Lemoine compte aujourd’hui une quarantaine d’œuvres vocales et instrumentales commandées par l’Ariam Ile de France, l’ADDIM Haute-Saône, l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée, la Cité de la Musique, la Cité de la Voix, Musique Nouvelle en Liberté, la maîtrise de Notre Dame de Paris, le CCR de l’abbaye Sylvanès, et créées notamment par Geoffroy Jourdain, Rachid Safir, Laurence Equilbey, Roland Hayrabedian, Gildas Pungier, Lionel Sow, Daniel Reuss, l’ensemble Clément Janequin, Sit Fast Consort…

Dans son enseignement auprès des chanteurs amateurs, elle développe une pédagogie faisant la part belle à la transmission orale, guidée par un travail sur le souffle en mouvement dans un contexte déambulé. Cette approche corporelle liée a l’environnement physique et architectural lui permet de collaborer avec bonheur avec le cirque contemporain ou la danse, auprès de Cahin-Caha ou de la Débordante Compagnie.